Vaincre le stress

Combattre le stress

« Ne sous-estimez jamais l’importance de ne rien faire, de se balader, d’être à l’écoute de toutes les choses que vous ne pouvez pas entendre et de ne pas se faire de souci ». –  Winnie l’Ourson

La vie moderne est une éternelle course contre la montre, rythmée de «je dois», «je devrais», «il faut que» et «je n’ai pas le temps de … ». Aujourd’hui, la technologie et le savoir sont plus accessibles que jamais. Ils nous permettent de simplifier tous les aspects de notre vie, qu’il s’agisse de faire des achats, de communiquer, de travailler, de se divertir et de se procurer tout le nécessaire pour y parvenir. Pourtant, dans le feu roulant du quotidien, on se cache derrière nos appareils techno en insultant le pauvre « miroir noir »[1]lorsqu’il ne nous dit pas ce que nous voulons entendre. Bref, on refuse de voir la vérité en face!

Pendant ce temps, notre santé, nos relations sociales et notre joie de vivre souffrent du fait que nous continuons de remplir notre vie de mille et une futilités et de notre incapacité à reconnaître que nous devrions ralentir le rythme.

pensées

Si on s’amusait à enregistrer toutes les pensées qui vous traversent l’esprit durant la journée, pouvez-vous imaginer à quoi cela ressemblerait? Je suis convaincue que ce serait assez drôle, désespérant et pas mal révélateur. Réfléchissez quelques instants à ce que votre petite voix intérieure vous raconte au quotidien : « Est-ce que j’ai l’air d’avoir un gros derrière dans ces pantalons? », « Mais où peut bien se cacher l’autre chaussette? », « Je me demande si Serena Williams se sent parfois intimidée? », « Il ne faut surtout pas que j’oublie d’appeler Fred au sujet du rapport manquant! », « Est-ce que Mélissa est debout? », « Est-ce que ça me tente de manger du bœuf ou du poulet ce soir?…Ce serait sûrement mieux du poisson finalement! ». Si ça ressemble à la cacophonie que vous entendez dans votre tête, imaginez ce que ça donnerait si nos pensées n’étaient pas filtrées et qu’elles se traduisaient en paroles…nous aurions tous l’air d’avoir le syndrome de la Tourette. Ce serait sûrement tordant, révoltant et terriblement bruyant! Certains pourraient dire que nous sommes beaucoup trop occupés à se faire entendre qu’on oublie de s’écouter et d’écouter les autres.

En parallèle, notre vie trop remplie – et le stress qui s’ensuit – provoque souvent une hausse du niveau de cortisol, une hormone sécrétée par les glandes surrénales (situées au-dessus des reins). Le cortisol, que l’on appelle aussi « l’hormone du stress », s’est mérité une mauvaise réputation parce qu’on croit à tort que toutes les formes de stress sont néfastes. Parmi ses effets, il contribue entre autres à :

  • élever notre rythme cardiaqueCortisol
  • augmenter notre taux de sucre dans le sang
  • affaiblir notre système immunitaire
  • diminuer notre densité osseuse
  • perturber notre sommeil

 

Malgré cela, tout comme Hannibal Lecter [2] avait aussi ses bons côtés, le stress ne peut être accusé de tous les torts. Hans Selye, un éminent chimiste canadien du 20e siècle qui s’est consacré à l’étude de l’endocrinologie et plus particulièrement, aux réactions du corps face au stress, a inventé le terme « eustress » (du grec « eu » signifiant « bon ») pour décrire une réaction positive. Ainsi, le « bon stress » nous motive à aller de l’avant. Il peut s’agir d’une stimulation physique (p.ex. l’exercice), psychologique, biochimique ou radiologique. Comme l’affirmait Nietzsche, « Ce qui ne tue pas rend plus fort ». À l’opposé, le terme « détresse », dérivé du Latin « stringere » qui signifie « mettre en tension »,  renvoie à la notion de mauvais stress à laquelle on fait le plus souvent référence.  

 

ÉquilibreComme notre corps est doté de puissantes capacités, il est capable de composer avec ces deux extrêmes. Il fera ensuite tout en son pouvoir pour maintenir l’homéostasie, son modus operandi de prédilection. Cependant, lorsque le taux de cortisol dépasse constamment la norme, le corps a beaucoup plus de mal à retrouver l’équilibre, ce qui peut entraîner de sérieuses conséquences sur la plan de la santé physique et mentale. On peut comparer ce phénomène à un moteur qui fonctionne continuellement à plein régime : il y a de fortes chances qu’il surchauffe à un moment ou un autre.

 

C’est bien beau tout cela, me direz-vous….Mais comment arrive-t-on à atteindre l’équilibre entre le bon et le mauvais stress? Un nombre impressionnant de personnes pourraient se mériter un doctorat dans le domaine de la résistance au stress! Toutefois, si vous êtes du type « endomorphe », c’est-à-dire que votre « moteur » tourne plus lentement, vous pourriez produire de l’énergie en intégrant des exercices de musculation et des entraînements par intervalles à haute intensité à votre routine hebdomadaire. Si la marche au ralenti n’est pas une fonction que vous avez l’habitude d’utiliser dans votre vie, voici quelques stratégies pour mettre la pédale douce!

 

relaxer1. Accordez-vous une pause

Planifiez un temps d’arrêt dans votre journée. Inscrivez ce précieux moment à votre agenda afin qu’il soit non-négociable, comme c’est le cas pour une séance d’entraînement ou un rendez-vous chez le dentiste. Ça pourrait être aussi simple qu’une période de méditation de dix minutes ou une marche d’une heure.

2. Pratiquez le yoga

Pratiquez le yogaSi vous pensez que le yoga n’est pas pour vous, peut-être que vous avez parfaitement raison, ou qu’au contraire, c’est exactement ce dont vous avez besoin (pensez aux choux de Bruxelles!!!). Gardez l’esprit ouvert! Dans le pire des cas, le yoga vous permettra de renforcer vos muscles, d’améliorer votre équilibre et de gagner en flexibilité. Dans le meilleur des cas, vous apprendrez à observer un sentiment ou un facteur de stress qui fait surface et serez en mesure de le laisser aller plutôt que de vous laisser emporter. 

Méditez3. Méditez

Vous n’avez pas besoin d’être assis en position du Lotus et de réciter des mantras pour méditer! Quoique vous puissiez aussi méditer de cette façon, si cela vous plaît. Méditer englobe tout ce qui vous permet de faire le vide, qu’il s’agisse d’accomplir une tâche banale, de laisser libre cours à votre créativité, de prendre une marche, d’écouter de la musique ou d’apprécier le silence.

4. Respirez

RespirezEn temps normal, on n’utilise qu’environ un tiers de nos capacités pulmonaires. La proportion est encore plus faible lorsqu’on vit un stress. Prenez quelques minutes pour vous concentrez sur votre respiration. Inspirez aussi lentement et profondément que possible, expirez doucement et appréciez le sentiment de détente que ce simple exercice vous procure!

walking shadow5. Faites de l’exercice

L’exercice physique à haute intensité est exactement le contraire de ce que vous avez besoin lorsque le stress vous envahit. Un effort intense entraînera une sécrétion excessive de cortisol, déjà présente en quantité trop élevée dans votre organisme. Optez plutôt pour une activité parasympathique comme le yoga, le Pilates, le stretching ou la marche.

6. Subdivisez vos tâches

Subdivisez vos tâchesLorsqu’on est dépassé par les événements, on aboutit souvent à rien! Faites une liste de vos tâches et décomposez-les en plusieurs étapes, jusqu’à ce que ça vous paraisse beaucoup plus digeste. Conseil d’amie : Inscrivez des tâches que vous avez déjà accomplies sur votre liste, et rayez-les aussitôt. Vous ressentirez un merveilleux sentiment d’accomplissement!

Demandez de l'aide7. Demandez de l’aide

Déléguez, demandez une faveur, faites appel à vos ressources. Bref, prenez tous les moyens pour demander de l’aide lorsque vous en avez besoin.

8. Choisissez vos batailles

Il est important de se rappeler que nous bénéficions tous de 24 heures dans une journée. C’est seulement la façon dont nous choisissons d’occuper notre temps qui fait la différence. Si vous voulez – ou devez – absolument faire quelque chose, vous trouverez du temps! Pour reprendre les sages paroles d’un très bon ami, souvenez-vous que « la vie passe tellement vite » et que ça ne vaut souvent pas la peine de s’en faire pour un rien.

Choisissez vos batailles

 

On a tous besoin d’idées et de conseils pour gérer notre stress. Quels sont vos trucs? Partagez-les dans la section « commentaires ». Merci!

[1]Référence : ‘White Christmas par Charlie Booker, (le miroir noir ou ‘’black mirror’’ désigne une tablette, un téléphone, un ordinateur, etc.)

[2] Le Silence des Agneaux, Hanibal Lecter est un personnage issu des romans de Thomas Harris

Crédits photo : Steve Pb, Wikimedia Images, Olichel, Geralt, Ryan McGuire, Merio, Ignatsevichserg, Jendleberry, Jill 111, Pexels

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laisser un commentaire